Mon infusion détox

infusionComme on pu le lire ceux qui me suivent sur Hellocoton, j’ai accumulé pas mal de soucis ces derniers temps. Entre la santé qui se barre en cacahuète, le stress dû à des embrouilles, le moral qui chute et la fatigue, mon corps a pris un coup. Le résultat? une peau qui devient grise, des boutons (alors que je n’en ai quasi jamais eu), les cheveux dans un état catastrophique, des soucis de digestion après chaque repas et des insomnies malgré la fatigue. Je me suis donc un peu penchée sur les recettes naturelles pour aider mon corps à se remettre dans le droit chemin. J’ai lu tout un tas de recettes aux effets soit disant miraculeux… mais au goût absolument infâme. Et comme je suis une petite nature, je déteste tout ce qui n’est pas sucré, au bout de 2 jours, j’abandonnais.

Puis j’ai découvert cette infusion. Non seulement c’est super bon, mais en plus, ça a vraiment un effet bénéfique sur mon corps. En quelques jours, mes problèmes digestifs se sont régulés. J’ai par contre du la prendre le soir, au lieu du matin comme conseillé parce qu’elle me fait somnoler. C’est donc idéal pour mes insomnies! Elle favoriserait également la lutte contre les infections et tous les petits virus habituels qu’on se récupère à chaque changement de saison. Pour le reste, je ne sais pas encore si ça marche ou pas, mais toujours est il que chaque ingrédient à des vertus reconnues sur le corps. Je ne vois donc pas pourquoi ça ne marcherai pas…

La recette:

 Dans une tasse d’eau chaude, ajoutez deux cuillères à café de miel et de la cannelle. Vous pouvez également mettre un demi citron. Pour moi, le meilleur reste quand même de mettre dedans des épluchures de pommes (ou un quartier de pomme). Laissez infuser le tout quelques minutes, et le tour est joué!

  Et vous, vous avez vos petites recettes miracles?

Le voyage d’une jeune top model

 Il y a quelques temps, on m’a conseillé de regarder un reportage diffusé sur Arte, s’intitulant « Le voyage d’une jeune top model ». J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ce que j’allais voir. Ce documentaire m’a profondément bouleversée, c’est pourquoi j’ai choisi de vous en parler (même si le mannequinat et moi, ça fait 2).

art3Ça commence comme ça: 200 très jeunes filles en maillot de bain défilant, numéro à la main ou accrochés à la culotte, face à quelques personnes. Parmi ce « jury », il y a Ashley, ancienne modèle, devenue talent Scout, chargée de trouver, pour le compte de Tigran, des modèles correspondant au marché japonais: pas trop grandes, très minces, très jeunes. Là-bas dit-elle, il est impossible de finir endettée. Quiconque essaye de travailler au Japon trouvera des contrats.

 Au milieu des « 93 cm de tour de taille? c’est trop large » et autres « Attention, celle-ci risque de grossir », Nadya, 13 ans, sorte de Bambi tout en jambes aux grands yeux apeurés. Exactement ce que recherche Tigran. De la jeunesse, parce qu’ »elles au moins, ne risquent pas d’aller gagner de l’argent facile auprès des hommes » (bien que pour Ashley, la prostitution et le mannequinat soient deux métiers relativement similaires) et surtout, sont facilement malléables. Si elles sont récalcitrantes, il leur suffit d’une visite à la morgue pour observer les corps des jeunes droguées de leur âge en leur expliquant qu’elles auraient pu finir comme cela.

art2  Jeune fille très proche de sa famille, Nadya, qui « a toujours dormi avec sa grand mère » est alors envoyé au Japon, et porte l’espoir de sa famille pour les sortir du marasme financier. On lui promet 2 contrats, soit au moins 80000 dollars.

 Une fois arrivée, place à la désillusion, Nadya, qui ne parle pas anglais, se retrouve seule à l’aéroport, obligée de prendre le métro, obligée de vivre dans une chambre avec une autre jeune fille, incapable de sortir faire ses courses seules, trainée de casting en casting sans savoir ce qu’il advient de ses photos.

art1Sans jamais tomber dans le pathos, ce documentaire nous montre l’aventure japonaise de Nadya de manière réaliste et pertinente. Je me suis sentie très mal à l’aise en visionnant ces images. J’étais loin de penser qu’une telle réalité existait encore de nos jours. J’ai eu furieusement envie de mettre des claques à Ashley, qui explique qu’elle évite de regarder trop les modèles pour ne pas lire la souffrance dans leurs yeux. J’ai eu plusieurs fois envie de prendre Nadya dans mes bras pour la réconforter, me disant que définitivement, 13 ans, c’est beaucoup trop jeune pour entrer dans un milieu aussi difficile.

 Puis, je suis allée me chercher un gros beignet au chocolat pour digérer le tout…

Si vous voulez visionner le reportage, c’est par ici!

l

1 2 3 77