petites nouvelles au passage

miracle

Je sais, j’avais dit que je souhaitais publier plus souvent. Et pourtant, ces derniers temps, je me fais de plus en plus discrète… En réalité, je travaille sur un énorme projet, probablement le plus gros que j’ai jamais mené à terme. L’idée à germée il y a environ 1 an et demi, mais je ne m’étais jamais sentie capable de me lancer. Et puis j’ai rencontré quelqu’un qui a su trouver les mots pour me mettre le coup de pied aux fesses nécessaires pour me convaincre de me jeter à l’eau. Il me tarde de pouvoir vous en parler et de vous raconter tout ce par quoi je suis passée… Mais ce ne sera pas avant une quinzaine de jours!

En attendant, tous mes objectifs sont un peu passés à la trappe. Je n’ai toujours pas fini d’aménager mon appartement, j’ai un rythme de vie absolument ignoble (je me réveille à 3h du matin, pétrifiée de stress et dors tout l’aprem…), et je n’ai pas réussi à économiser puisque ce projet me coûte aussi financièrement.

J’ai, par contre, réussi à me lancer dans un programme de rééquilibrage alimentaire. Il faut dire que je me voilais pas mal la face. Je voyais bien que j’avais grossi, mais je ne pensais pas en être là… Alors que mon poids de forme se troue autour de 48 kilos, mon medecin m’a gentiment expliqué l’autre jour que j’étais en léger surpoids et que je pesais désormais 62 kilos. J’ai eu comme qui dirait un léger choc. Donc rééquilibrage alimentaire, ré apprentissage des quantités et de la composition d’un repas sain. J’ai l’impression de n’avoir jamais autant mangé, et pourtant, en 3 semaines, j’ai déjà perdu 2 kilos. Et surtout, révolution pour moi, je me suis désintoxiquée du sucre. Moi qui étais capable de ne manger que des pâtisseries de la journée (oui, je pense qu’un ou deux éclairs est un menu tout à fait équilibré), je me retrouve avec des migraines dès que je décide de faire une orgie au Starbucks… Mais bon, il faut vraiment que j’apprenne à prendre soin de mon corps.

En bref, le constat n’est pas génial, mais les choses avancent. Pas dans l’ordre auquel je pensais, mais l’important c’est que ça bouge non?

J’ai lu… Délivrance, de Jussi-Adler Olsen

DELIVRANCE_couv_avec_bande_Mise en page 1

Si vous lisez régulièrement ce blog, le nom de Jussi Adler-Olsen doit sans doute vous évoquer quelque chose. Auteur de polar, il m’avait surprise avec Miséricorde et un peu déçue avec Profanation. Le revoilà avec Délivrance, troisième opus des enquêtes du Département V.

Rappelez-vous… Carl Morck, le flic mis de côté par ses collègues et son fidèle assistant Assad (ancien homme de ménage promu au rang de détective adjoint officieux) forment le Département V qui s’occupe des affaires oubliées et dont personne ne veut. Cette fois-ci, l’enquête leur est apportée non pas par un des nombreux dossiers qui s’empilent dans le sous-sol qui leur sert de bureau, mais par une bouteille, trouvée à la mer et abandonnée une dizaine d’années sur le rebord d’une fenêtre. Dessus, un texte illisible, mais qui ressemble clairement à un appel à l’aide. Lorsque Rose, la secrétaire “légèrement” intrusive du département arrive à trouver le nom de l’enfant qui semble avoir écrit cette lettre, c’est la stupeur: il n’a jamais été porté disparu de sa communauté religieuse et semble avoir, depuis, disparu totalement de la circulation. Peu à peu, les révélations s’enchainent et tout porte à croire que le ravisseur serait toujours en activité.

Comme pour les précédents opus, j’ai adoré les personnages. Je ne sais pas lequel est le plus à l’ouest des trois… Cette équipe atypique amène un vent de fraicheur dans l’enquête. J’ai trouvé l’histoire originale (ce qui est rare pour un polar). Le méchant est un vrai méchant et j’ai pris du plaisir à le détester.

Par son style léger, Jussi Adler Olsen nous permet de passer un bon moment, tout en faisant une petite observation sur les communautés religieuses au Danemark. Bien entendu, vous ne trouverez pas dans Délivrance des informations pointues sur le sujet, mais j’ai trouvé cet univers agréable à découvrir.

En bref, Délivrance de Jussi Adler-Olsen est un bon polar pour se détendre.

1 2 3 109