J’ai vu… Make it or break it.

makeit

Toujours dans ma recherche de nouvelles séries sorties ces dernières années, je suis tombée sur celle-ci, girly à souhait, dans la veine de Pretty little liars ou Gossip girl: Make it or break it. Je suis ravie d’être d’abord tombée sur le titre en anglais car je n’aurais sans doute pas regardé le résumé d’un truc s’appelant Championnes à tout prix

Emily, Payson, Lauren et Kaylie ont 16 ans et pourtant, ce ne sont pas des ados comme les autres. Elles sont sportives de haut niveau et toutes en lice pour intégrer l’équipe nationale des Etats-Unis en gymnastique pour potentiellement participer aux J.O de Londres 2012. Entrainement 8h par jour, milieu très fermé où les rumeurs se propagent plus vite qu’une trainée de poudre, interdiction d’avoir une vie sociale ou de fréquenter des garçons, envie de gagner souvent plus forte que l’amitié… Bref, tous les éléments pour une chouette série sont là.

A la base, je ne suis vraiment pas fan de la gym. Donc une série pour ados sur la gym, ce n’était vraiment pas gagné. Et pourtant, après le premier épisode, je me suis totalement laissé embarquer dans cette histoire, un peu gnangnan au départ, au point d’enchainer les trois saisons en moins de deux semaines. Les personnages sont un peu caricaturaux, mais on s’y attache vite. Évidemment, il y a une peste très peste (j’ai eu envie de lui mettre des claques plus d’une fois), une gentille très gentille, une nouvelle qui sort du lot et une bonne copine très bonne copine, mais les rebondissements permettent de voir une réelle évolution des personnages. Et comme la série suit le parcours des gymnastes vers les J.O, certains personnages disparaissent au fil des sélections et d’autres apparaissent, ce qui permet de donner un nouveau souffle à la série.

Les passages de gymnastique sont bluffants. Je n’imaginais vraiment pas qu’il était possible de faire ce genre de trucs avec son corps… Chapeau bas aux doublures qui doivent donc être d’un sacré haut niveau!

Par contre, la série a été arrêtée après la saison 3. Je croyais au début que c’était tout à fait normal, l’objectif des filles étant les J.O, inutile de les suivre jusqu’à leurs 70 ans, mais en fait, la série se termine en plein milieu de l’intrigue… Je crois que plus je vais chercher de séries peu diffusées, plus je vais rencontrer ce cas de figure…

Bref, si vous avez envie d’une chouette série “pour ados” pas prise de tête et originale, je vous conseille Make it or Break it.

P.S: La série, initialement diffusée sur ABC Family a été diffusée en France sur Gulli… Mais elle aurait largement mérité sa place sur les chaines principales.

Même que des fois, Anna Wintour, elle sourit.

the fashion fund

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler d’une série, mais de mon gros gros coup de cœur télé. Enfin télé américaine bien entendu, parce que la téléréalité française laisse franchement à désirer.

The fashion fund est donc une émission de téléréalité de 10 épisodes qui suit les différentes étapes qui jalonnent le parcours des créateurs prétendants au prix du CFDA, le “Fashion fund Designer of the Year”. Avec le titre vient un mentorat d’un an par le CFDA (council of fashion designers of America). Tout commence pour les participants par un dossier accompagné de leur book a soumettre aux jurés, puis par une présentation orale devant le jury. Jury assez impressionnant puisqu’il comprend, entre autres, Anna Wintour, Diane Von Furstenberg, Jenna Lyons (créatrice de J.Crew),  Andrew Rosen (fondateur de Theory) et Ken Downing (créateur de Neiman Marcus). Rien que ça…

Une fois sélectionnés, les candidats devront passer plusieurs épreuves afin que les jurés puissent évaluer le potentiel de leur marque. Car il ne suffit pas de faire de jolis vêtements pour réussir dans l’industrie fashion. Aptitude à créer des produits pour certaines grandes marques, présentation à la presse, création d’une vidéo publicitaire, etc etc… Le tout se terminant par un défilé mis en scène par la styliste de Vogue.

Bien qu’estampillé “émission de téléréalité“, The Fashion Fund est plutôt à considérer comme un documentaire divisé en épisodes. Ce prix du CFDA existe depuis des années et rien n’est une nouveauté, si ce n’est le fait de le diffuser au public. J’ai beaucoup aimé le fait qu’en plus de révéler des talents incroyables (Aaah les chapeaux de Gigi Burris et les pulls incroyables de Ryan Roche), cette émission mette en valeur le travail qu’il y a derrière la création d’une marque. Je passe mon temps à expliquer aux gens qu’il ne suffit pas de faire de jolis produits pour réussir dans la mode. Il faut aussi un concept solide et un marketing béton.

J’ai également beaucoup aimé découvrir la face cachée de certains grands noms de la mode. Si on se doutait que Diane Von Furstenberg puisse être adorable envers de jeunes créateurs, qui eut cru qu’Anna Wintour puisse être drôle et aussi attendrie par les sélectionnés. En regardant The Fashion Fund, j’ai vraiment compris pourquoi elle était considérée comme le pape de la mode. Réaliste, incisive, elle dégage une vraie passion pour tout l’univers fashion et se plait à découvrir les ateliers de chaque créateurs, à détailler leurs collections, les matériaux choisis, les concepts mis en avant…

Bref, si vous aimez la mode autant que moi, foncez regarder The Fashion fund.

 

P.S: Cette émission n’est disponible en streaming qu’en anglais non sous-titré. Je n’ai pas réussi à trouver la saison 1, mais si quelqu’un la déniche, je suis preneuse!

1 2 3 116