Le voyage d’une jeune top model

5 Flares Twitter 5 Facebook 0 Filament.io 5 Flares ×

 Il y a quelques temps, on m’a conseillé de regarder un reportage diffusé sur Arte, s’intitulant “Le voyage d’une jeune top model”. J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ce que j’allais voir. Ce documentaire m’a profondément bouleversée, c’est pourquoi j’ai choisi de vous en parler (même si le mannequinat et moi, ça fait 2).

art3Ça commence comme ça: 200 très jeunes filles en maillot de bain défilant, numéro à la main ou accrochés à la culotte, face à quelques personnes. Parmi ce “jury”, il y a Ashley, ancienne modèle, devenue talent Scout, chargée de trouver, pour le compte de Tigran, des modèles correspondant au marché japonais: pas trop grandes, très minces, très jeunes. Là-bas dit-elle, il est impossible de finir endettée. Quiconque essaye de travailler au Japon trouvera des contrats.

 Au milieu des “93 cm de tour de taille? c’est trop large” et autres “Attention, celle-ci risque de grossir”, Nadya, 13 ans, sorte de Bambi tout en jambes aux grands yeux apeurés. Exactement ce que recherche Tigran. De la jeunesse, parce qu'”elles au moins, ne risquent pas d’aller gagner de l’argent facile auprès des hommes” (bien que pour Ashley, la prostitution et le mannequinat soient deux métiers relativement similaires) et surtout, sont facilement malléables. Si elles sont récalcitrantes, il leur suffit d’une visite à la morgue pour observer les corps des jeunes droguées de leur âge en leur expliquant qu’elles auraient pu finir comme cela.

art2  Jeune fille très proche de sa famille, Nadya, qui “a toujours dormi avec sa grand mère” est alors envoyé au Japon, et porte l’espoir de sa famille pour les sortir du marasme financier. On lui promet 2 contrats, soit au moins 80000 dollars.

 Une fois arrivée, place à la désillusion, Nadya, qui ne parle pas anglais, se retrouve seule à l’aéroport, obligée de prendre le métro, obligée de vivre dans une chambre avec une autre jeune fille, incapable de sortir faire ses courses seules, trainée de casting en casting sans savoir ce qu’il advient de ses photos.

art1Sans jamais tomber dans le pathos, ce documentaire nous montre l’aventure japonaise de Nadya de manière réaliste et pertinente. Je me suis sentie très mal à l’aise en visionnant ces images. J’étais loin de penser qu’une telle réalité existait encore de nos jours. J’ai eu furieusement envie de mettre des claques à Ashley, qui explique qu’elle évite de regarder trop les modèles pour ne pas lire la souffrance dans leurs yeux. J’ai eu plusieurs fois envie de prendre Nadya dans mes bras pour la réconforter, me disant que définitivement, 13 ans, c’est beaucoup trop jeune pour entrer dans un milieu aussi difficile.

 Puis, je suis allée me chercher un gros beignet au chocolat pour digérer le tout…

Si vous voulez visionner le reportage, c’est par ici!

l

(Visited 1 565 times, 1 visits today)
  • Reply {Dust & Swallow} 10 avril, 2014, 23 11 51 04514

    Rien qu’à lire ton article, ça fait peur. On est loin de se douter que cela se passe encore comme ça. Et encore, je n’ai pas vu le reportage.

    • Reply surletagere2 16 avril, 2014, 9 09 24 04244

      Je ne pensais pas non plus que ce type de choses pouvait exister. J’ai eu du mal à regarder le reportage en entier

  • Reply Amy 11 avril, 2014, 13 01 57 04574

    Ca a l’air troublant comme reportage, en effet… merci pour la découverte, je pense que je vais le visionner.

  • Reply decouvrelemondefr 12 avril, 2014, 4 04 30 04304

    Pas top du tout cette histoire. Les clichés peuvent réapparaître partout et ce n’est pas cette petite de 13 ans qui y fera quelque chose.

    • Reply surletagere2 16 avril, 2014, 9 09 24 04244

      Ils paraissent d’ailleurs, puisqu’elle les retrouve dans un magazine, mais sans qu’elle ai vu la couleur de l’argent

  • Reply Polina 14 avril, 2014, 9 09 08 04084

    Ainsi présenté, je pense vraiment le regarder cette semaine car il aborde le milieu d’un angle très différent de ce qu’on peut voir d’habitude. Merci pour ce beau partage !

Leave a Comment

CommentLuv badge

5 Flares Twitter 5 Facebook 0 Filament.io 5 Flares ×
%d blogueurs aiment cette page :